Innovation

Ces startups en question

Nous sommes allés demander à deux chefs d’entreprises quelles pratiques et quelle vision ils avaient de la startup.
Pour Thierry Mohr, directeur général de ACEA qui a été dans le Grand Est, la première entreprise à accueillir une start-up dans ses murs.

 

Thierry Mohr : Cette startup n’avait pas de lien direct avec ce que nous produisons.Elle avait en projet une machine fabriquant des gobelets en carton. Il n’y avait pas d’alliance juste un contrat de location. Aujourd’hui, par contre nous allons vers une association. Mais en règle générale entre la startup et l’industriel les relations sont compliquées pour plusieurs raisons. On a mis en tête des startupers qu’en France il est difficile de travailler avec l’industrie locale. Ils se tournent alors vers des sociétés chinoises avec les conséquences que l’on sait. Ils vont faire élaborer leurs prototypes en Chine parce que ça ne coûte pas cher et on va aussi faire fabriquer en Chine puisqu’on y a déjà un pied. Mais c’est compliqué là-bas, de maîtriser la logistique, la distance, la réactivité. Certains tentent la France. Mais leur ignorance de la chose industrielle et leur empressement ne créent pas un climat favorable à l’épanouissement de leurs projets. Très souvent à leurs yeux, le bureau d’études et l’industriel sont des empêcheurs de tourner en rond.

 

Les Cahiers : Dans les projets qui vous arrivent y a-t-il des projets intéressants ?

 

Thierry Mohr : Il y a des choses intéressantes. Je suis en contact avec le projet « Spycam » (ndlr : détection des fuites d’eau et sur-consommation sur un réseau). Un système piloté à partir d’un smartphone. Nous allons certainement y collaborer mais ce ne sera pas facile. Travailler avec une startup c’est très long dans le temps et ça demande beaucoup d’énergie, sans être sûr d’être payé en retour. Une meilleure anticipation et une collaboration parfaite entre les entreprises industrielles et les startups permettraient d’améliorer les choses.

 

Extrait du dossier « Ces startups en question »
Les Cahiers de l’industrie électronique et numérique n°99
Février 2019

Les Cahiers de l’industrie électronique et numérique n°99

VOUS SEREZ AUSSI INTÉRESSÉ(E) PAR…

ACEA en course pour mettre sa production électronique à l’heure de l’industrie du futur

ACEA, l’AS de l’électronique alsacien

r
« Notre entreprise peut vous aider dans l’élaboration de votre projet. »
Nos certifications qualité

> Vous souhaitez postuler chez ACEA ? Déposez votre candidature ici